Rose

La rose est la fleur des rosiers, arbustes du genre Rosa et de la famille des Rosaceæ. La rose des jardins se définit avant tout par la multiplication de ses pétales imbriqués qui lui donnent sa forme caractéristique.



Catégories :

Bon article - Fleur - Flore (nom vernaculaire) - Plante à parfum - Rosaceae - Rosier - Arbuste d'ornement - Symbole de la Catalogne

Recherche sur Google Images :


Source image : francaisfacile.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • De la couleur du même nom; Qui se rapporte à la sexualité, fréquemment à son commerce vénal; La couleur rose (source : fr.wiktionary)
Rose
Le nom «rose» est donné à des fleurs.
Papa Meilland
Taxons concernés
Parmi la famille des Rosaceæ :
  • les fleurs des espèces du genre Rosa
Rosa alba semi-plena
Cardinal de Richelieu
Rosier mousseux Félicite Bohain

La rose est la fleur des rosiers, arbustes du genre Rosa et de la famille des Rosaceæ. La rose des jardins se définit avant tout par la multiplication de ses pétales imbriqués qui lui donnent sa forme caractéristique.

Appréciée pour sa beauté, célébrée depuis l'antiquité par de nombreux poètes et écrivains, pour ses couleurs qui vont du blanc pur au pourpre foncé en passant par le jaune franc et l'ensemble des nuances intermédiaires, et pour son parfum, elle est devenue la «reine des fleurs», présente dans presque l'ensemble des jardins et presque l'ensemble des bouquets. C'est probablement la fleur la plus cultivée au monde, mais on oublie fréquemment que les rosiers sont aussi des plantes sauvages (le plus connu en Europe est l'églantier) aux fleurs simples à cinq pétales, qui sont devenus à la mode, pour leur aspect plus naturel, depuis quelques décennies sous le nom de «roses botaniques».

Les rosiers cultivés sont le résultat de plusieurs siècles de transformations en premier lieu empiriques, puis, dès la fin du XVIIIe siècle, méthodiques, surtout par l'hybridation. Les variétés sont innombrables, on estime à plus de 3000 le nombre de cultivars disponibles aujourd'hui dans le monde[1].

Étymologie

Le mot «rose», daté en français du début du XIIe siècle[2] est dérivé du latin rosa, rosæ (substantif féminin) qui désignait autant la fleur que le rosier lui-même. Ce terme, apparenté au grec rhodon, aurait été emprunté à une langue orientale (Cf. perse warda et arménien vard). Il est tentant de rapprocher «rose» de «rosée», néenmoins cette rencontre, source d'inspiration inépuisable pour les poètes, est fortuite en français. En effet «rosée» dérive, par l'intermédiaire du bas-latin rosata, du latin ros, roris (substantif masculin), peut-être apparenté au grec drosos, venant d'une autre racine indo-européenne.

La rose est l'une des particulièrement rares fleurs ayant un nom dédié, différent des noms donnés à la plante elle-même : la rose est la fleur du rosier.

Espèces
Articles détaillés : Rosier et Liste des espèces du genre Rosa.

La description botanique, la génétique, l'origine, la distribution et la classification des espèces botaniques sont traités dans l'article rosier

Les espèces botaniques de rosiers, qui appartiennent au genre Rosa, sont au nombre de 100 à 200 selon les divers auteurs et se répartissent en quatre sous-genres : Plathyrhodon, Hesperhodos, Hulthemia (quelquefois reconnu comme un genre différent) et Eurosa. Ce dernier est lui-même subdivisé en onze sections : Pimpinellifoliæ (rosiers pimprenelle), Gallicanæ (rosiers galliques), Caninæ, Carolinæ, Gymnocarpæ, Cinnamomeæ (rosiers cannelle), Chinenses, Banksianæ, Lævigatæ, Bracteatæ et Synstylæ.

Seules une douzaine d'espèces, et leurs taxons dérivés (variétés, formes), ont été utilisées pour créer la majorité des rosiers cultivés, le plus souvent à fleurs dites «doubles» ou «pleines», aux particulièrement nombreux pétales. De plus en plus de formes naturelles sont cultivées dans les jardins, ce sont les «roses botaniques», dont la forme simple, comparable à l'églantine, et la rusticité s'accorde bien avec la tendance vers un jardin plus «sauvage». Les rosiéristes modernes cherchent à exploiter la diversité du genre Rosa pour introduire dans leurs obtentions des gènes spécifiques, par exemple de résistance au froid ou à certaines maladies.

Classes de roses

Les spécialistes distinguent le plus souvent les «roses anciennes» des «roses modernes».

Les premières sont le plus souvent les cultivars datant d'avant 1867, dont énormément ont été perdues. Parmi celles qui sont toujours cultivées figurent :

  • des «roses galliques» (Rosa gallica), en particulier ‘Officinalis'et ‘Cardinal de Richelieu',
  • des «roses à cent feuilles» (Rosa centifolia), en particulier «pompon rose» (‘Pompon de Meaux') et «pompon rouge» (‘Pompon de Bourgogne'),
  • des rosiers mousseux qui sont des mutations stériles de centifolia (ou de rosiers de Damas) comme ‘Salet'ou ‘Mousseline',
  • les «rosiers de Damas» (Rosa damascena), hybrides naturels apparus en Asie Mineure, de Rosa gallica × Rosa phœnicia, avec la ‘Rose de Puteaux'cultivée pour ses pétales séchés et la ‘Rose de Recht', particulièrement répandue en Angleterre[3],
  • quelques «rosiers de Portland», comme ‘Jacques Cartier',
  • les «Noisettes», ou «thé noisette», en particulier ‘Gloire de Dijon', ‘Rêve d'or'et ‘Madame Alfred Carrière'
  • quelques «Bourbon» : ‘Louise Odier'et en particulier ‘Souvenir de la Malmaison',
  • les «rosiers blancs» : Rosa ×alba, la rose d'York, Rosa alba semiplena, ‘Cuisse de nymphe émue' et ‘Pompon blanc parfait'.

En 1867, la création de ‘La France', la première hybride de thé (dérivée des roses importées de Chine avec les cargaisons de thé) marque le début des «roses modernes» que sont les rosiers «à grandes fleurs», les «floribunda» et les «rosiers anglais».

Histoire de la culture de la rose

Rosa ‘Zéphirine Drouhin', «rosier Bourbon»
‘Bengale rouge'

Antiquité

Les roses sont cultivées en Chine et en Perse depuis 5000 ans et en Grèce depuis l'âge du bronze.

Hérodote a rapporté que le roi Midas, au VIe siècle av. J. -C. , lorsqu'il a été chassé de Lydie par les armées perses, a emporté ses roses dans son exil en Macédoine[4]. Et le naturaliste grec, Théophraste, décrit une rose à nombreux pétales, une forme de rosa canina, cultivée dans les jardins. Il décrit des roses rouges, roses et blanches, et note l'intensité du parfum de la rose de Cyrène.

Pline l'Ancien dans son Histoire naturelle décrit 20 sortes de rosiers appelés par le nom de leur lieu de provenance. Il les décrit, ce qui permet des suggestions d'identification[5] :

  • la rose de Præneste semble être Rosa gallica versicolor,
  • la rose de Campanie est une forme de Rosa ×alba semiplena,
  • la rose de Tachys est une forme de rosa damascena,
  • la rose de Milet rouge à une dizaine de pétales est une variété de Rosa gallica,
  • la rose de Pangée est une autre Rosa gallica,
  • la rose d'Alabande est une Rosa ×alba,
  • la rose d'automne est comparable à Rosa sempervirens,
  • Spinolea est Rosa pimpinellifolia'Myriacantha'.
  • Rosa gallica officinalis est alors la source de l'essence de rose que les Romains utilisaient en grande quantité mais aussi les pétales. Ils confectionnaient des couronnes et des guirlandes de pétales, ils en jonchaient le sol, en remplissaient des coussins. Lors des banquets, si une rose était suspendue, hommage à Harpocrate, dieu du silence, les invités devaient garder secrètes les paroles échangées «sous la rose»[6]. Ils en utilisaient de telles quantité que la culture de la rose devint localement une activité économiquement importante et que Rome importait aussi par bateau des roses d'Égypte (dont c'était principale exportation vers Rome), de Carthage et de Cyrénaïque (l'actuelle Libye).

Ainsi du VIe siècle av. J. -C. au IIe siècle durant toute cette période de domination grecque puis latine, les roses ont circulé de Perse en Angleterre, de Grèce en Égypte.

Sur le Moyen Âge, il y a peu d'informations : au VIe siècle, les couvents cultivaient des roses, le roi Childebert Ier avait une roseraie (des roses de Paradis selon l'évêque Fortunat) dans son domaine vers Saint-Germain-des-Prés[7]. Et au VIIIe siècle dans son Capitulaire De Villis, Charlemagne cite les roses parmi les plantes à cultiver. Au XIIe siècle à la veille des croisades, Albert le Grand note comme rosiers cultivés Rosa rubiginosa, Rosa canina, Rosa arvensis et Rosa ×alba.

Les nouveaux rosiers

Thibaud IV, comte de Champagne et roi de Navarre revient en 1240 d'une croisade qui ne lui a pas permis d'atteindre les Lieux Saints, mais il rapporte Rosa gallica officinalis qu'il fait cultiver à Provins, d'où son nom de «rose de Provins»[8].

Puis ce sont les rosiers de Damas qui sont rapportées des croisades. Ils sont de deux sortes, les précoces, hybrides de Rosa gallica × Rosa phœnicia et les tardifs, hybrides de Rosa gallica × Rosa moschata

À la fin du XVIe siècle, d'une part Rosa fœtida vient de Perse en Europe, et d'autre part les rosiers d'Europe arrivent en Amérique du Nord où existent Rosa virginania, Rosa carolina et Rosa setigera. Jusque-là les mutations et les hybridations sont spontanées. Ainsi, au XVIIe siècle, une mutation de Rosa gallica fait apparaitre les «roses à cent feuilles», Rosa centifolia, dont une mutation au XVIIIe siècle donne les «rosiers mousseux» (Rosa moschata).

Dans l'Histoire générale des plantes de John Gerard, publiée en 1633, ne sont mentionnées que 18 sortes de roses, rouges, roses et blanches (Rosa ×alba) et jusqu'à la fin du XVIIIe siècle il n'existait en Europe et dans le pourtour méditerranéen qu'une trentaine d'espèces.

En 1781, arrive en Europe la Rosa chinensis ou ‘Old blush', puis la forme rouge ‘Bengal rose'. Ce ne sont pas des espèces sauvages, mais des roses déjà cultivées dans les jardins de Chine, sélections de Rosa chinensis ou hybrides de Rosa chinensis × Rosa gigantea auxquelles va s'ajouter un Rosa chinensis jaune, ‘Park's Yellow Tea-scented China'en 1824. Leur croisement avec les rosiers d'Europe va faire apparaitre des centaines de roses nouvelles.

C'est la duchesse de Portland qui obtient le premier croisement avec un rosier de Chine rouge : les «rosiers Portland» sont nés. Dans le même temps, en Louisiane, le croisement d'un rosier musqué et d'un rosier de Chine donné par Louis Claude Noisette est à l'origine des «rosiers Noisette» (‘Blush Noisette', ‘Madame Alfred Carrière'). Ainsi qu'à La Réunion le croisement du Rosa chinensis ‘Old blush'et d'une rose de Damas tardive ‘Quatre Saisons'signe l'arrivée des «rosiers Bourbon» (‘Zéphirine Drouhin', ‘Souvenir de la Malmaison').

Entre 1803 et 1814, Joséphine de Beauharnais envoie des botanistes à travers le monde pour enrichir la collection de sa roseraie de la Malmaison qui rassemble plus de 242 cultivars dont 167 roses galliques. Malgré le blocus, le pépiniériste John Kennedy traversait la Manche pour l'apporter en roses. Sa roseraie comprenait des gallica, des moschata et des damascena, mais également des chinensis et de nouvelles espèces. Les collections de la Malmaison ont été un trésor pour les pépiniéristes français. Leur catalogue de 1791 comportait 25 espèces, celui de 1829 en comptait 2562 dont énormément sans grand intérêt ont rapidement disparu.

Au XIXe siècle, le croisement des rosiers de Chine, de Bourbon, Portland et Noisette permet la création des rosiers «modernes». En 1858, a lieu, grâce au pasteur Hole, un passionné des roses, la première exposition nationale des roses d'Angleterre. En 1867, Jean-Baptiste Guillot crée ‘La France', le premier buisson à grandes fleurs ou «hybride de thé».

Dans le même temps, de Rosa multiflora, rosier liane rapporté du Japon au XVIIIe siècle, sont créés par hybridation les nombreux rosiers buissons à fleurs groupées, les «floribunda».

La «Entreprise française des roses» est fondée à Lyon en 1886. Elle édite toujours sa revue, Les amis des roses.

Le XXe siècle voit la gloire des rosiers buissons à grandes fleurs avec les créations de Georges Delbard, de Meilland (‘Peace'ou ‘Madame Meilland'), de Griffith Buck. Puis David Austin, en croisant les galliques et les Damas à des roses modernes crée les «roses anglaises» qui allient les caractères des roses anciennes à la «floribundité» des roses modernes.

La rose dans l'Histoire

C'est en particulier par sa valeur symbolique que la rose a laissé son parfum dans l'histoire. Quelques exemples :

  • Suzanne dans l'Ancien Testament (Chochana en hébreu) veut dire étymologiquement la rose[9], [10].
  • Chez les Grecs, la rose était la fleur d'Aphrodite, déesse de l'amour et d'Aurora, la déesse aux doigts de roses.
  • Les Romains rattachent la rose à Vénus. La rose aurait été blanche, mais rougie accidentellement lorsque Cupidon renversa son verre de vin sur elle .
  • Il paraît que la première nuit d'amour entre Cléopâtre et Marc Antoine se serait déroulée sur un lit de pétales de roses de quarante-cinq centimètres d'épaisseur.
Rose'Bimbo'
  • Lorsque en 1187, Saladin reprend Jérusalem aux Croisés, il fait purifier la mosquée d'Omar par de l'eau de rose amenée par une caravane de 500 chameaux. Et en 1453, Mehmed II purifia aussi à l'eau de rose l'église byzantine de Constantinople avant de la convertir en mosquée.
  • Les rosières, jeunes filles vertueuses et pures, étaient à l'origine couronnées de roses
  • Les Rose-Croix, société secrète mystique ayant pour emblème une rose rouge fixée au centre d'une croix.
  • La Rose blanche de Finlande, ordre national finlandais créé en 1919 pour récompenser les services rendus au pays.
Le poing à la rose de l'Mondiale socialiste

La rose en héraldique

Rose héraldique

La rose fait partie des «meubles» utilisés en héraldique et probablement la fleur la plus représentée en ce domaine après la fleur de lys.

Le dessin stylisé est inspiré de l'églantine à cinq pétales régulièrement étalés arrondis, entre lesquels apparaissent les pointes des sépales, avec au centre un bouton, fréquemment de couleur différente, la tige est absente. Occasionnellemen on représente une rose tigée et feuillée, plus réaliste, elle est dite «au naturel». La rose héraldique apparaît surtout sur le blason de nombreuses communes de France.

La rose dans le langage des fleurs

Dans le langage des fleurs, la rose rouge est aussi la fleur des amoureux, elle symbolise l'amour et les noces de rose symbolisent les 17 ans de mariage dans le folklore français[12].

En plus de sa couleur, la quantité exprime une symbolique. Pour un nombre de roses inférieure à 10, il est de coutume d'offrir des roses par nombre impair en particulier à des fins esthétiques. Au-delà et suivant le nombre, le bouquet de roses peut porter un message spécifique :

  • 1 rose sert à dévoiler son amour en toute simplicité,
  • 12 roses permettent de remercier sa bien-aimée,
  • 24 roses pour être galant,
  • 36 roses pour déclarer son amour (bouquets de fiançailles),
  • 101 roses peuvent s'offrir pour exprimer la passion et l'amour sans retenue.

Pour un bouquet de fiançailles, il est habituel et raffiné de sélectionner des roses ayant les têtes un peu courbées.

La rose, emblème national

La rose est la fleur nationale de plusieurs pays : Angleterre (rose Tudor), Bulgarie, États-Unis, Finlande (rose blanche), Irak, Maldives, Roumanie.

La rose a aussi été choisie comme emblème officiel par plusieurs États des États-Unis : Géorgie (Rosa lævigata), Iowa (Rosa arkansana), New York, Dakota du Nord (Rosa blanda ou arkansana), Oklahoma.

La rose dans les expressions et locutions françaises

Et pour compléter, quelques expressions :

  • «Être frais comme une rose» : avoir un joli teint, l'air reposé
  • «Ne pas sentir la rose» : sentir mauvais
  • «Envoyer sur les roses» : éconduire
  • «Découvrir le pot aux roses» : découvrir la vérité
  • «Une histoire à l'eau de rose» : une histoire mièvre
  • «Il n'y a pas de rose sans épines» : tout plaisir comporte sa part de peine
  • «Jeter des roses» (à quelqu'un)  : complimenter

La rose en Littérature

Poésie persane

Saadi, le gulistan ou jardin de roses

Illustration du Jardin des roses

Poète et soufi, il commence à rédiger le gulistan, joyau de la mystique soufi médiévale, somme philosophique rédigée en vers et en prose poétique en 1278 (656 de l'hégire). Saadi fut révéré comme un prédicateur de l'ordre mystique de la rose[13]. Parmi l'ensemble des allégories de ce recueil, conçues pour dévoiler la nature profonde des êtres et des choses, et ainsi amener à un éveil spirituel et percevoir la réalité de l'existence. Une excellente illustration des enseignements portés par les métaphores de jardins et de roses se trouve dans ce passage :

«Un Soufi était plongé dans une profonde méditation sur l'être divin ; au sortir de sa rêverie ses compagnons lui demandèrent quels dons miraculeux il avait rapportés du jardin de la contemplation où il s'était transporté : j'avais l'intention de cueillir pour vous des roses plein ma robe, mais lorsque je me suis trouvé devant le rosier, le parfum des fleurs m'a enivré à tel point que je n'ai pu faire un geste.»

Les quatrains d'Omar Khayyam sur le vin, l'amitié, son jardin et les roses

Grimpant rouge

Omar Khayyam était mathématicien (il a rédigé entre autres le traité sur les difficultés des définitions d'Euclide), astronome (il fut l'un des huit astronomes qui travaillèrent à la réforme du calendrier musulman de 1074), et poète. Ses quatrains aux images fréquemment complexes à décrypter mettent en jeu le vin, le jardin et les roses[14]. Sa tombe à Nishapur est garnie de rosiers dont deux boutures ont été plantées sur la tombe du poète anglais Edward Fitzgerald qui l'a traduit, publié en 1859 et ainsi fait connaître en Europe.

«Je tombais de sommeil et la sagesse me dit :
jamais dans le sommeil la rose du bonheur n'a fleuri pour personne...
la saison des roses et du vin et des compagnons ivres !
soit heureux un instant, cet instant c'est ta vie
vois, la brise a déchiré la robe de la rose,
de la rose dont le rossignol était enamouré ;
faut-il pleurer sur elle , faut-il pleurer sur nous
la mort viendra nous effeuiller et d'autres roses refleuriront.»

Littérature européenne

Le Roman de la Rose est l'une des œuvres les plus célèbres du Moyen Âge. Rédigé par Guillaume de Lorris (vers 1236) puis par Jean de Meung (entre 1275 et 1280), ce long poème allégorique dans lequel la rose, objet de la quête, est le symbole de la perfection, décrit la tentative d'un amoureux (le poète) pour s'emparer de l'être aimé, représenté par une rose. À la même époque, Dante rédigé La Divine Comédie qui se conclut par une vision de rose blanche mystique.

Au XVIe siècle, chez les poètes et particulièrement chez Pierre de Ronsard, la poésie utilise la symbolique de la rose pour évoquer la fragilité de la vie humaine :

'Madame Ernest Calvat' (Rose Bourbon)
«Mignonne allons voir si la rose…»
et
«vivez si m'en croyez, n'attendez à demain
cueillez dès actuellement les roses de la vie.»

«J'aime la bouche imitante la rose.»[15]

et chez Corneille, la rose montre le passage rapide du temps :

«Le temps aux plus belles choses
se plaît à faire un affront
il saura faner vos roses
comme il a ridé mon front»

Deux vers célèbres de François de Malherbe dans les stances, Consolation à Monsieur du Périer sur la mort de sa fille, associent la rose à la beauté éphémère :

«Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
l'espace d'un matin.

Dans la Belle au bois dormant, conte de Charles Perrault repris plus tard par Jacob et Wilhelm Grimm, Églantine est protégée par un mur d'églantiers et dans The Parlement of Roses to Julia de Robert Herrick : «Réunis en parlement tous ces seigneurs proclamèrent la rose reine des fleurs».

Le thème de la fragilité est repris par Victor Hugo dans La Rose de l'Infante : la petite infante, fille de Philippe II, voit les pétales de sa rose s'envoler sous l'action du vent ; au même moment l'Invincible Armada est détruite par une terrible tempête.

Au XVIIIe siècle, l'expression «cueillir la rose» avait un sens galant désignant la perte de virginité[16].

Plus récemment (1980), le roman d'Umberto Eco, le Nom de la rose (Il nome della rosa), est une sorte d'enquête policière médiévale se déroulant en Italie, mais l'histoire ne révèle néenmoins pas le choix de ce titre... Le roman a été adapté ensuite au cinéma (1986).

La rose dans les Arts

Bernardino Luini, La Madonna del roseto, pinacothèque de Brera, Milan
Pierre-Auguste Renoir, Roses de Wargemont, 1882, collection privée

La «fresque à l'oiseau bleu» découverte en 1900 dans les vestiges du palais de Cnossos en Crète, construit vers l'an 2000 avant Jésus-Christ, représente des rosiers fleuris[17]. C'est la première représentation connue de roses peintes. On ne sait s'il s'agit de roses sauvages ou cultivées, ni à quelle espèce les attribuer, d'autant plus que la fresque a été restaurée et l'ensemble des roses repeintes avec six pétales de couleur jaune. Une seule, à cinq pétales rose doré, au centre orange, semble être originale. Le botaniste C. C. Hurst l'avait identifiée à Rosa richardii , la rose sainte d'Abyssinie. Les pièces de monnaie portant une rose gravée les plus anciennes ont été trouvées à Rhodes et datent de 500 avant Jésus-Christ environ[18]. Le nom de cette île serait celui de la nymphe Rhodé, épouse d'Hélios, et dont le symbole était la rose.


Une broderie de roses ‘Persan Yellow'du XVIIe siècle a été retrouvée à Ispahan. Et les roses n'ont jamais cessé d'être un motif décoratif des tapisseries, broderies et tissages au Moyen-Orient comme en Europe.

L'art du vitrail avec les rosaces, ouverture circulaire ornée de vitraux dans les églises, roses sublimées par la foi et l'habileté des maîtres verriers.

En peinture, la rose est présente dans de nombreux tableaux liés à l'amour et surtout à l'«amour universel» que représente la Vierge Marie aussi nommé, "la rose sans épines" [19]. Ainsi la Naissance de Vénus, de Sandro Botticelli nous montre un ciel où roses et pétales flottent au vent. On retrouve la rose dans les natures mortes des peintres flamands et hollandais du XVIIe siècle, avec de somptueuses compositions florales, mais aussi chez les impressionnistes.

Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) compose de 1817 à 1824 son ouvrage en trois volumes Les roses, planches en eau-forte en pointillé coloriée dont le texte est rédigé par le rosiériste Claude-Antoine Thory. Ces aquarelles sont exécutées selon la collection de la Malmaison de l'impératrice Joséphine et publiées entre 1817 et 1824.

C'est un motif décoratif constant des faïences qui présentent particulièrement souvent dès le XVIIe siècle en motif central des assiettes et des plats une rose ou un bouquet à la rose, monochrome ou polychrome. porcelaines.

On n'oubliera pas un art, la chanson, qui a valu à la rose pas mal de triomphes. Plusieurs générations de Français ont pleuré en écoutant Les Roses blanches, chanson de Pothier et Raiter, interprétée pour la première fois par Berthe Sylva en 1927. On pensera aussi, à des airs qui ont franchi les siècles sans perdre une ride, et particulièrement À la claire fontaine et Vive la rose et le lilas. On peut citer aussi Roses de Picardie, composée en 1916 par Haydn Wood et interprétée surtout par Yves Montand et Rosa, chantée par Jacques Brel, dont une déclinaison latine, Rosa, rosa, rosam…, servait de refrain. 'La plus belle œuvre restant cependant "Mon amie la rose" de Françoise Hardy. Peu de roses par contre dans les titres de films, sinon The Rose de Mark Rydell avec Bette Midler (1979), La Rose pourpre du Caire de Woody Allen, Le Nom de la rose de Jean-Jacques Annaud (1986) et Bread and Roses de Ken Loach (2000).

La rose a servi de modèle au Pokémon Rosélia qui est issu de la troisième génération de Pokémon. Dans la quatrième génération, Roselia gagne une évolution Rosérade qui est une sorte de rosier et une préévolution Rozbouton qui est un bouton de rose. Les Pokémon sont des personnages de jeu vidéo, de manga (un sous-genre de la Bande Dessinée reconnue comme le 9e Art) et de japanimation (10 films ont été à ce jour tournés, le cinéma est nommé le 7e Art) dont les représentations sont reprises sur de multiples supports. Leur origine moderne et japonaise tant à affirmer que la rose est toujours un modèle de référence de la fleur dans l'imaginaire collectif et non pas uniquement occidental.

Production

La rose est la fleur dont la culture se développe le plus au plan mondial. Elle est produite essentiellement aux Pays-Bas, en Espagne, en Israël, au Kenya[20], en Équateur et en Colombie. En France, seuls 300 hectares sont alloués à la culture de la rose essentiellement dans le Var.

Parfumerie

L'essence de rose est obtenue soit par distillation, procédé qui permet d'utiliser le résidu sous forme d'eau de rose, soit par enfleurage, technique consistant à capter l'essence grâce à de la graisse, dont on extraira ensuite la «concrète», puis l'«absolue».

Les deux espèces les plus cultivées pour cet usage sont Rosa damascena, ou rose de Damas, et Rosa centifolia, longtemps cultivée à Grasse sous le nom de «rose de mai». Il faut cependant savoir qu'aujourd'hui on dispose de nombreuses «copies» synthétiques qui permettent de se passer d'essences naturelles.

La rose en médecine

Sirop rosat, sucre rosat, miel rosat étaient particulièrement utilisés au Moyen Âge pour soigner les maux de tête et les lourdeurs d'estomac. Et l'eau de rose s'utilisait en onguent et en collyre[21]. Jusqu'au XVIIIe siècle on a énormément utilisé les collyres à l'eau de rose. Et aussi le sirop à la rose, les compresses de pétales de roses, les décoctions de roses rouges, le vinaigre de roses en cas de migraines, le miel de rose pour les maux de gorge et les aphtes[22].

La rose en parfumerie

Depuis l'Antiquité, la parfumerie a toujours fait un grand usage de la rose, soit en soliflore (la rose forme la majeure partie du parfum), soit comme note de cœur associée à d'autres essences dans les parfums dits floraux, et d'une façon plus générale dans près de la moitié des parfums féminins.

L'eau de rose est réputée pour son pouvoir adoucissant, surtout pour les soins du visage et de nombreux produits de beauté utilisent de la rose, à la fois pour son parfum et son effet adoucissant : crèmes démaquillantes, masques, crèmes, lotions, huile principale dans les huiles de massage, eau de rose pour les bains, comme lotion ou pour parfumer l'eau des ablutions.

L'eau de rose est aussi utilisée pour purifier les mosquées, surtout si elles ont été souillées par les chrétiens.

La rose en cuisine

Pétales de rose

Les pétales de roses peuvent parfumer du sucre, un thé, être la base de liqueurs, de confitures, l'eau de rose peut servir à parfumer des gâteaux, des bonbons. Les cuisines du pourtour de la Méditerranée et de l'Orient, arabe, perse, turque mais également indienne, utilisent énormément la rose[23].

L'eau de rose parfume gâteaux et friandises, des spécialités comme les loukoums à la rose sont particulièrement renommées.

Les pétales servent de base à de nombreuses préparations :

  • gelée de rose,
  • miel à la rose,
  • pétales de rose cristallisés.

En France, la capitale de la confiserie à la rose est Provins, dont les principales spécialités sont la confiture de pétales de rose, le miel à la rose de Provins, les bonbons à la rose. En Iran, la récolte des pétales de rose a lieu l'ensemble des ans à la même époque à Qamsar, à proximité de Kashan.

Autres emplois du mot rose

Si en latin le mot rosa désignait à la fois l'arbuste et la fleur, en français rose est particulièrement vite devenu un adjectif (vers 1160), puis un nom de couleur.

Prénoms

C'est aussi un prénom particulièrement répandu en Europe et en Amérique latine (Rosa et Rosita), tout comme ses dérivés, Rosalie, Roseline, Roselise, Rosemonde, Rose-Marie et Marie-Rose, et popularisé surtout par les saintes Rose de Viterbe et Rose de Lima (patronne de l'Amérique latine).

Emplois métaphoriques

De plus, le mot rose a été souvent employé de façon métaphorique, le plus fréquemment à cause de la forme de la fleur.

C'est surtout le cas en botanique, où de nombreuses plantes portent le nom vernaculaire de «roses» pas forcément mérité :

Rose de Noël
  • la rose trémière, ou rose papale, Alcea rosea, est une plante de la famille des Malvaceæ ;
  • la rose de Noël est le nom imagé de l'hellébore noir (Helleborus niger L. ) de la famille des Ranunculaceæ ;
  • la rose des Alpes, autre nom du Rhododendron ferrugineux (Rhododendron ferrugineum L. ), famille des Ericaceæ ;
  • la rose de serpent, Helleborus fœtidus, aussi de la famille des Ranunculaceæ ;
  • la rose d'Inde est un tagète (Tagetes erecta L. ), appartenant à la famille des Asteraceæ (Composées)  ;
  • la rose de Jéricho se nomme Selaginella lepidophylla, famille des Brassicaceæ (Crucifères)  ;
  • la rose de Chine, Hibiscus rosa-sinensis, famille des Malvaceæ ;
  • la rose des eaux, Nymphæa alba L., famille des Nymphæaceæ ;
  • la rose du ciel, Silene cœlirosa, famille des Caryophyllaceæ ;
  • la rose de Notre-Dame, Pæonia officinalis L., famille des Ranunculaceæ ;
  • la rose de porcelaine, Etlingera elatior, famille des Zingiberaceæ ;
  • le bois de rose n'a rien à voir non plus avec la rose, et s'applique à deux espèces différentes : d'une part Dalbergia variabilis, apparenté aux palissandres et utilisé en ébénisterie ; de l'autre Aniba rosæodora, Lauraceæ utilisée en particulier en parfumerie.

Parmi les autres emplois métaphoriques de la rose, les plus connus sont :

  • la rose des vents, terme apparu au XVIIe siècle et désignant une étoile à trente-deux divisions correspondant aux trente-deux aires du vent sur la boussole ;
  • la rose des sables, agglomération de gypse de couleur jaune ou rose trouvée dans certains déserts (on l'appelle aussi rose du désert).

Toponymes

L'existence de roseraies importantes est à l'origine du nom de plusieurs communes françaises : Chigny-les-Roses (Marne), Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), L'Haÿ-les-Roses et Mandres-les-Roses (Val-de-Marne), Veules-les-Roses (Seine-Maritime), Rosendaël (Nord, fusionnée avec Dunkerque).

On rencontre aussi des toponymes basés sur «rosier» ou «roseraie».

Galerie

Annexes

Peinture montrant plusieurs variétés de roses, du New Mondial Encyclopedia, 1902

Liens externes

Bibliographie

  • Alice Caron Lambert, Le Roman des roses, éd du Chêne, (ISBN 978-2-84277-170-6)
  • Éléonore Cruse, Roses anciennes et botaniques, photographies de Paul Starosta, éd. du Chêne, 1999, (ISBN 2-84277-034-X)
  • Georges Delbard, Le grand livre de la rose, éd. G. Delbard, (ISBN 2-85056-521-0)
  • Marie-Thérèse Haudebourg, Roses et jardins, Hachette, Paris, 2005, (ISBN 2-01-236947-2)
  • François Joyaux, La rose, une passion française. Histoire de la rose en France 1778-1914, éditions Complexe, 2001, (ISBN 2-87027-871-3) .
  • François Joyaux, Les Roses de l'Impératrice, la rosomanie au temps de Joséphine, éditions Complexe, (ISBN 2-8048-0041-5)
  • François Joyaux, Nouvelle encyclopédie des roses anciennes, Ulmer, Paris, 2005, (ISBN 2-84138-205-2) .
  • François Joyaux et Georges Lévêque, La rose de France, rosa gallica et sa descendance, Imprimerie nationale éditions, 1998, (ISBN 2-7433-0251-8) .
  • Peter McHoy, Le grand livre des roses, éditions La Martinière, (ISBN 2-84198-215-7)
  • Roger Phillips et Martyn Rix, Les roses, Solar, 1988, (ISBN 2-263-01257-5)
  • Roger Phillips et Martyn Rix, Histoire des roses, La Maison rustique, 1994, (ISBN 2-7066-1737-3)
  • Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6) . (les rosiers botaniques et les cultivars introduits avant l'année 1920, 700 taxons disponibles en Europe sont traités)
  • Claude-Antoine Thory, Les roses, Firmin-Didot, 1817-1824.3 vol. (156, 122 et 125 pages; 55, 60 et 54 planches de Pierre-Joseph Redouté. ) Consultable sur Gallica


Notes et références

  1. Marie-Thérèse Haudebourg, Roses et Jardins. Cf. bibliographie.
  2. Le Robert, dictionnaire historique de la langue française sous la direction d'Alain Rey, 1992, (ISBN 2-85036-187-9)
  3. Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6) , p. 66.
  4. Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6) , p. 13.
  5. Charlotte Testu, Les roses anciennes, La Maison rustique - Flammarion, Paris, 1984, (ISBN 2-7066-0139-6) , p. 14.
  6. Allen Lacy, Splendeur des roses, Flammarion, ISBN 2-08-200921-1
  7. Jeanne Bourrin, La rose et la mandragore, page 16 (ISBN 2-87686-072-4)
  8. Pelt, Mazoyer, Monod, Girardon, La plus belle histoire des plantes, Le Seuil, ISBN 2-02-037216-9, page 157.
  9. Voir page 145 in A World of Baby Names, Teresa Norman, Perigee, 2003
  10. Voir page 32 in Medieval culture and the Mexican American borderlands, Milo Kearney & Manuel Medrano, Texas A&M University Press, 2002
  11. Traduction du Cantique des cantiques (site personnel)
  12. http ://www. fleuriste-en-ligne. fr/langage_des_fleurs. html langage des fleurs
  13. Traduction de Omar Ali Shah, Albin Michel, ISBN 2-226-04888-X
  14. Quatrains d'Omar Khàyyàm traduits du persan par Charles Grolleau, Champ Libre (ISBN 2-85184-091-6) .
  15. En ancien français, le participe présent s'accordait en genre comme en nombre.
  16. Voir surtout Histoire de ma vie de Giacomo Casanova
  17. Roger Phillips et Martyn Rix, Histoire des roses, La maison rustique, Paris, 1994 (ISBN 2-7066-1737-3) , p. 13.
  18. Roger Phillips et Martyn Rix, op. cit., p. 12.
  19. rose
  20. Le Kenya voit la vie en roses - L'Express - 12/05/03
  21. Jeanne Bourrin, La rose et la mandragore, (ISBN 2-87686-072-4) , page 162.
  22. Allen Lacy, Splendeur des roses, Flammarion, (ISBN 2-08-200-921-1) , page 142.
  23. Peter McHoy, Le Grand Livre des roses, éd. La Martinière, (ISBN 2-84198-215-7) .

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Rose_(fleur).
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 15/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu