Rue officinale

La rue officinale est un arbrisseau de la famille des Rutacées, cultivé pour ses feuilles utilisées pour leurs qualités aromatiques et médicinales



Catégories :

Flore (nom vernaculaire) - Rutaceae - Plante condimentaire - Plante médicinale

Recherche sur Google Images :


Source image : marchander.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • LA RUE, RUTA, PLANTE MEDICINALE, PLANTE MAGIQUE, PLANTE TOXIQUE... La rue officinale est aussi utilisée en homéopathie (sous forme de granules).... (source : ankana87.unblog)
  • Les romains particulièrement superstitieux ont utilisé la plante aussi pour chasser... La rue officinale est aussi utilisée en homéopathie (sous forme de granules).... (source : wilfriedrobert)
  • Rue officinale : La rue officinale est un arbuste méditerranéen à usage médicinal.... Comme de nombreuses plantes méditerranéennes la rue officinale préfère les sols drainant en particulier dans la période... Rue officinale. Ruta graveolens... (source : aromatiques)
Ruta graveolens

La rue officinale (Ruta graveolens L. ) est un arbrisseau de la famille des Rutacées, cultivé pour ses feuilles utilisées pour leurs qualités aromatiques et médicinales

Nom commun : rue fétide, herbe de la rue, rue des jardins, herbe de grâce.

Autres langues : de : Weinraute, en : common rue, es : ruda, it : ruta.

Description

Feuille

C'est un arbrisseau sous-frutescent, de 70cm - 100cm de haut à peu près, particulièrement ramifié et ligneux à la base. Les feuilles d'un vert glauque, semi-persistantes, sont alternes, pennatiséquées (fréquemment trilobées) et de consistance légèrement charnue. Petites fleurs, de couleur jaune verdâtre, regroupées en corymbe.

La plante dégage une odeur forte et pénétrante avec un fond rappelant la coco, fréquemment perçu comme désagréable, et a un goût amer.

Sa sève a des propriétés photosensibilisantes et peut provoquer des dermatites de contact chez les personnes à la peau sensible, et même de véritables brûlures par temps chaud.

Caractéristiques

données selon : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Distribution

Plante venant du Sud-Est de l'Europe (Ukraine, Albanie, Bulgarie, ex-Yougoslavie). Elle est beaucoup naturalisée dans toute l'Europe et en Afrique du Nord.

Culture

Demande un sol léger et sec, calcaire et bien exposé au soleil. Multiplication par semis ou par boutures. La récolte intervient à partir de l'année suivante. On prélève l'extrémité des tiges avant floraison.

Une taille de rabattement au printemps facilite la naissance de nouvelles pousses.

La plante se ressème aisément.

Utilisation

Effet de la rue officinale sur la peau par temps chaud

Elle fut utilisée dès l'Antiquité, surtout chez les Romains, et les Pharisiens payaient la dîme avec de la menthe et de la rue (Saint Luc (XI-42) ). Elle figurait dans la liste des plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis (liste des plantes cultivées dans les jardins de monastère sous Charlemagne).

Elle entrait au Moyen Âge avec la sauge, la menthe, le romarin, l'absinthe et la lavande, le camphre, la cannelle et le clou de girofle dans la composition du vinaigre des quatre voleurs censé protéger de la peste[1].

Comme poudre de rue, elle entrait dans la composition du diaphœnix, remède de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle [2].

Les feuilles fraîches peuvent être utilisées pour assaisonner les sauces et les plats de viande. À utiliser modérément à cause du goût amer et des risques de toxicité.

En Italie du Nord, elle est utilisée pour parfumer l'eau-de-vie (grappa alla ruta) . En Éthiopie, on en met une brindille dans les tasses de café.

On extrait de la rue officinale une huile principale utilisée en parfumerie.

La rue officinale est aussi utilisée en homéopathie (sous forme de granules).

À petite dose, la rue a la réputation d'avoir des vertus toniques et stimulantes qui favorisent la digestion. Elle contient une substance qui lui doit son nom, la rutine (ou rutoside), proche de la vitamine P, aux propriétés anti-oxydantes[3] [4]

Elle a la réputation d'être abortives ce pourquoi sa culture a été interdite par une loi de 1921 [5][6]. Elle est toxique à forte dose, et pour exemple la fille de Titus serait morte après en avoir consommé[7].

C'est un répulsif pour les insectes, surtout les puces[8] et les pucerons [9].

Elle est aussi connue éloigner les vipères[10]. Cette plante peut servir aussi à éloigner les chats car ils ne peuvent pas la sentir.

Notes et références

  1. herbier de Rort-Royal
  2. Selon Dorvault, dans l'ouvrage de Yannick Romieux, De la hune au mortier, Éditions ACL, Nantes, 1986.
  3. (en) «Comparative antioxidant capacities of phenolic compounds meausured by various tests», dans Food Chemistry, vol.  113, 2009, p.  1226-1233 
  4. site autour des roses
  5. Herbes et épices, Clothilde Boisvert et Annie HubertAlbin Miceel 1977, isbn é éé- àà'"à à
  6. autour des roses
  7. herbier de Rort-Royal
  8. pépinières Deloulay
  9. ferme de sainte-Marthe
  10. site dédié

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_officinale.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 15/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu